L’impact de la malbouffe sur la santé

Publié le 25/02/2021

Partager :

Manger trop gras, trop sucré, trop salé peut tuer. C’est ce que nous apprend une étude publiée en 2019 dans la revue « The Lancet », qui a permis de suivre l'évolution de la consommation de différents types d'aliments de 1990 à 2017 dans 195 pays.

Les auteurs estiment qu'une mauvaise alimentation est associée à un décès sur cinq dans le monde, soit au moins 11 millions de morts, ce qui la rend responsable de plus de décès que le tabac (plus de 7 millions) ou l'hypertension (9,4 millions).

 

Mais la mal-bouffe c’est quoi ?

Premièrement il convient d’analyser l’étymologie du mot.

Le terme de malbouffe est un terme apparu dans les années 80 avec le développement de l’alimentation industrielle. Il est composé :

  • du terme « bouffe », qui traduit le changement drastique de notre rapport à l’alimentation : la nourriture, pourtant vitale pour le bon fonctionnement de notre organisme, est devenue de la « bouffe ».
  • et de l’adverbe « mal » qui met en avant les conséquences de cette nouvelle alimentation, sur notre santé.

La signification de ce terme est d’autant plus forte en anglais : junk food qui peut se traduire par la nourriture « déchets, ordure ».

 

Ok, mais concrètement en termes d’aliments ça donne quoi ?

D’un point de vue diététique, le terme “malbouffe” regroupe les aliments à basse qualité nutritionnelle. Ces derniers sont pointés du doigt par les professionnels de la santé par leur richesse en calories, en gras, en sucres ou encore en sel.

Par exemple,

  • Les produits issus des fast-food : frites, burgers, hot dog, pizzas, kebab, hotdog, sandwich industriels (« sandwich triangle », panini…),
  • Certains produits industriels :
    • Les produits ultra-transformés :
    • Les produits sucrés : viennoiseries, biscuits, bonbons, gâteaux industriels…
    • boissons sucrées : sodas, boissons énergisantes, certains jus de fruits…
  • Les plats cuisinés prêts à consommer généralement riches en matière grasse et en sel : barquettes, conserves, surgelés

Plus généralement, il important de se rappeler que c’est l’excès qui nuit. C’est pourquoi il est important d’équilibrer ces repas.

 

Les effets néfastes sur la santé 

1 – Maladies cardiovasculaires

Des chercheurs de l’Institut de Cardiologie de Montréal ont mené une étude en 2012 et ont prouvé qu’un repas « malbouffe » était responsable d’un fonctionnement plus difficile pour nos artères.

Pour preuve, l’étude a souligné que les artères se dilataient 24% moins bien après un repas de malbouffe, comparativement à l’état de jeûne. Le sang aura donc tendance à coaguler plus facilement et donc à former des caillots bouchant ainsi les artères, avec les conséquences que l’on connait : le cœur n’est plus approvisionné en sang, la crise cardiaque survient. De plus, on constate une hausse du taux de mauvais cholestérol sanguin ainsi que des triglycérides, augmentant ainsi le risque d’accidents vasculaires.

2 – Surpoids voire obésité

La malbouffe, trop riche en graisse, a des effets désastreux sur notre poids, encore plus avec le manque d’activité physique régulière. La malbouffe entraîne l’organisme dans un cercle vicieux, la prise de poids rapide ayant tendance à le décourager de pratiquer une activité sportive car il se fatigue plus vite, et est donc moins enclin à l’effort.

3 – Diabète

Avec une alimentation déséquilibrée et trop riche en graisse et en sucre, les risques de diabète sont accrus avec les désordres métaboliques que cela suppose : un taux trop élevé de sucre dans le sang provoque une hyperglycémie chronique, et l’organisme ne peut plus réguler la glycémie car il ne produit plus suffisamment d’insuline, censée l’y aider. Le diabète de type 2, qui se manifeste en général après 40 ans, touche de plus en plus d’enfants et d’adolescents à cause de cette mauvaise hygiène de vie.

4 – Hypertension artérielle

Les repas de malbouffe contiennent généralement trop de sel, ce qui est particulièrement mauvais pour la pression artérielle qui augmente plus que de raison. Une pression excessive du sang détériore les parois des vaisseaux sanguins et augmente, à long terme, les risques de développer des maladies du cœur.

5 – Cerveau

La malbouffe peut également nous rendre idiots, au sens propre du terme. Car avaler cheeseburgers et brownies à longueur de temps nuit à la plasticité du cerveau, indispensable à la création de nouveaux souvenirs et à l'apprentissage.

La malbouffe peut également nous rendre triste. Comment ? En réduisant le taux de fabrication de nouveaux neurones par l'hippocampe. Des recherches ont en effet établi un lien entre un nombre réduit de jeunes neurones et des maladies neurologiques telles que la dépression. Parce que manger gras et sucré nous remonte momentanément le moral, nous avons tendance à manger de plus en plus gras et de plus en plus sucré. Un comportement qui, en fait, nous rend encore plus tristes.

9 bienfaits du sport sur votre corps
9 bienfaits du sport sur votre corps
Publié le 13/04/2021
Lire l'article
Le top des aliments les plus caloriques
Le top des aliments les plus caloriques
Publié le 30/03/2021
Lire l'article
La sédentarité et ses dangers
La sédentarité et ses dangers
Publié le 11/03/2021
Lire l'article